Au-dessus de nos têtes est en train de se jouer une partie d’échecs invisible mais dont les conséquences sont immenses. Les 18 mars et 22 avril 2020, deux fusées de la société SpaceX, propriété du milliardaire Elon Musk, ont chacune mis en orbite soixante satellites. Ces lancements sont les sixième et septième d’une série visant à disposer rapidement de 1 584 satellites, et un nouveau lancement est prévu en mai.

L’objectif est de constituer un réseau de satellites, baptisé « le lien des étoiles » (Starlink), capable d’assurer à tous les Terriens (solvables) un accès à haut débit au réseau Internet. En 2025, Starlink devrait disposer de 11 943 satellites pour couvrir entièrement la planète, avec un objectif ultérieur de 42 000 s’il en obtient l’autorisation. Ces nombres faramineux sont à comparer aux quelque 8 000 satellites que l’humanité a déjà mis en orbite depuis le tout premier Sputnik soviétique, dont 2 218 sont encore opérationnels.

Pollution lumineuse et embouteillage en orbite

Clichés à l’appui, les astronomes professionnels ont déjà vivement protesté contre la pollution lumineuse : en traversant le ciel, les satellites Starlink laissent de longues traînées sur les images astronomiques au point de les rendre inutilisables. Dans son intervention du 9 mars à la conférence Satellite 2020, Elon Musk balaye ces inquiétudes, se disant convaincu que ses satellites n’auront aucune conséquence sur les découvertes astronomiques et que, s’il le faut, leur surface sera peinte en noir. Le test effectué sur le satellite 1130 « DarkSat » n’est guère convaincant. Le modèle suivant est prévu pour être sous le seuil de visibilité à l’oeil nu, ce qui est encore trop brillant pour les instruments ultra-sensibles des astronomes, capables d’observer des astres quatre milliards de fois plus faibles que ce seuil.

Satellites Starlink imagés par le DELVE Survey du Cerro Tololo Inter-American Observatory, dont le but est l’observation des galaxies le plus ténues. National Optical-Infrared Astronomy Research Laboratory/CTIO/AURA/DELVECC BY

Les autres opérateurs de satellites sont aussi inquiets. La région des orbites terrestres basses, déjà utilisées par les satellites de télédétection, de télécommunications et scientifiques, mais aussi par la station spatiale internationale, va clairement être embouteillée. L’augmentation probable des collisions spatiales et la multiplication des débris qui en résultera, pourraient rendre inutilisables les orbites basses et l’environnement spatial proche. Le premier incident a déjà eu lieu : le 2 septembre 2019, l’Agence spatiale européenne a dû manœuvrer un de ses satellites d’observation de la Terre pour éviter une potentielle collision avec un des engins de Starlink. Elon Musk répond que tous ses satellites sont dotés de propulseurs capables de les faire retomber sur Terre en fin de vie.

Déchets dans l’espace, déchets sur Terre

D’autres inconvénients sont plus difficiles à corriger, et sans doute plus graves encore. Depuis le premier lancement, six satellites sont déjà hors service. Si seulement un dixième des satellites de Starlink tombaient en panne durant leur vie opérationnelle estimée de 5 à 7 ans, cela ajouterait plusieurs milliers de débris spatiaux aux 20 000 qui font déjà l’objet d’une surveillance. Les opérateurs spatiaux privés étant soumis aux mêmes normes que les opérateurs institutionnels, Starlink a choisi d’en placer les trois quarts à moins de 600 kilomètres, altitude sous laquelle les frictions sur l’atmosphère résiduelle finissent par faire retomber un satellite sur Terre, même en cas de panne du propulseur prévu à cet effet. Néanmoins, il était prévu qu’une partie de la constellation d’Elon Musk orbite au-delà de 1 000 kilomètres d’altitude où la redescente naturelle n’est plus possible : un satellite en panne dans cette région y reste durant des siècles. Le 17 avril 2020, SpaceX a modifié ses plans en demandant l’autorisation que tous ses satellites orbitent à moins de 600 kilomètres d’altitude. Le risque est grand d’encombrer définitivement les orbites basses, aussi convoitées par d’autres opérateurs.

Une photo prise avec 5 secondes d’ouverture montre les traînées laissées par les 9 premiers satellites d’un « train » Starlink, vu au Royaume-Uni. Ronan/FlickrCC BY-NC-SA

Tout aussi catastrophique est la mise en place d’infrastructures démesurées, impliquant une prédation des ressources en énergie et en matière de notre planète, tant pour construire les satellites que pour les lancer, les piloter ou les utiliser. Contrairement aux satellites géostationnaires habituellement utilisés dans les télécommunications, les satellites Starlink orbitent à basse altitude. Ils traversent le ciel visible d’un lieu donné en seulement quelques minutes. Pour les suivre, chaque utilisateur devra acheter une antenne spéciale (dite à commande de phase). Ces antennes au sol devront être fabriquées en masse pour rendre leur prix abordable. SpaceX a déjà demandé l’autorisation d’en installer un million… pour commencer. En outre, SpaceX prévoit d’installer des raccords entre son réseau Starlink et les principaux points d’interconnexion du réseau Internet.

Des flottes de satellites privées et en concurrence

Pire encore, la concurrence affûte ses armes : les américains Kuiper promu par Amazon, et OneWeb du milliardaire Greg Wyler, ou le chinois Hongyan. Comme pour les trottinettes électriques, plusieurs industriels se lancent dans une production massive, désastreuse du point de vue écologique comme économique. Le but est d’être le premier à occuper le terrain pour emporter la partie, notamment pour capter le marché des objets connectés. Elon Musk a forcé l’allure pour avoir un coup d’avance mais il n’est pas le seul, et plusieurs systèmes redondants pourraient bientôt tourner au-dessus de nos têtes ! Il y aura tout au plus un gagnant… et peut-être même aucun.

Le 9 mars 2020, Elon Musk a annoncé que grâce à Starlink, « les clients pourront regarder des films en haute définition, jouer à des jeux vidéo et faire tout ce qu’ils veulent ». Affichant explicitement sa volonté de renforcer des activités numériques déjà massivement polluantes (vidéo en streaming, visioconférences, jeux vidéo en ligne), la phrase d’Elon Musk se termine d’une façon significative : mes clients pourront faire tout ce qu’ils veulent, comme moi je fais ce que je veux. Elon Musk semble être en train de s’approprier l’espace avec l’autorisation de la Federal Communications Commission, l’agence chargée de réguler les télécommunications et les réseaux aux États-Unis et qui décida d’y abroger les règles de neutralité d’Internet. La division espace de la FCC indique ses priorités : autoriser plus de satellites, plus vite, avec moins de réglementation.

Ainsi, l’autorité américaine chargée de réguler les communications de son pays autorise une entreprise à réaliser ce qui ressemble à une privatisation de l’espace en occupant massivement les orbites basses tout en accaparant des ressources utiles à toute la planète – alors même que l’espace a été déclaré bien commun de l’humanité par le traité de l’espace de 1967.